Écrits

  • Écrits

    De quoi avons-nous peur ?

    Commençons par parler de la transmission de la peur. Cette contagion émotionnelle bien présente… La peur est la meilleure émotion sur laquelle l’on peut s’appuyer pour amener un groupe à aller dans le même sens. D’ailleurs, il semblerait que notre gouvernement l’ait bien compris et qu’il sait en jouer. De nombreux films de science-fiction mettent en scène la peur comme levier de contrôle d’une population. Je pense notamment à la saga « Hunger Games » qui confronte la peur et l’espoir d’une population afin d’en garder le contrôle. Se pourrait-il que, dans certains cas, la réalité dépasse la science-fiction ? C’est une autre question. À présent, parlons d’imagination. Bon nombre de nos peurs…

  • Écrits

    Histoire d’un fou constructiviste

    Des années durant et encore aujourd’hui, nous tâchons de répondre à la question de la Vie. Dans quel but sommes-nous ici ? Comment sommes-nous arrivés au monde ? Qui est Dieu ? Ou… Existe-t-il un dieu à l’origine de tout ça ? Ou bien… Sommes-nous Dieu ? Et si tout n’était finalement qu’une question d’histoires auxquelles nous décidons de croire ou de ne pas croire ? En tout cas, moi j’y crois. En plus de ça, je crois que nous sommes tous les créateurs de ces histoires. Oui, je crois que nous sommes dotés d’une puissance créatrice. En fait non ! Je crois que nous sommes une puissance créatrice. Nous avons créé tant de choses : les religions,…

  • Écrits

    Penser l’entreprise autrement

    Et si nous pensions l’entreprise autrement ? L’investissement et la volonté de s’améliorer sont deux éléments omniprésents dans chaque entreprise. J’ai donc envie de partager aujourd’hui une idée, certes discutable, peut-être naïve, mais loin d’être irréaliste, selon moi. Cette idée n’est qu’une ébauche invitant chacun à compléter, contester et proposer. En bref, cette idée est une invitation à penser autrement. Et si nous nous concentrions davantage sur l’humain ? Ah l’humain… Ressource utile à toute activité, élément principal d’une organisation, d’une entreprise, d’une société. Et pourtant ! Pourtant, certaines entreprises ont tendance à se concentrer davantage sur ce que l’humain peut fournir au détriment de ce qu’il est. Et si nous essayons de…

  • Écrits

    Haine : En voulez-vous à quelqu’un en ce moment ?

    Haine : En voulez-vous à quelqu’un en ce moment ? Un poil persécuteur, voilà ce qu’en disait Épictète à l’époque : « Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, ce sont les opinions qu’ils en ont et leurs préjugés qui les tourmentent. La mort en soi n’est point un mal : […] Ce n’est que l’opinion qu’on a de la mort, qui la rend si affreuse. Quand nous sommes dans le trouble, ou que nous tombons dans quelque embarras, il ne faut point en accuser les autres, il ne faut nous en prendre qu’à nous-mêmes et à nos préjugés. Il n’appartient qu’à un homme peu instruit et peu éclairé, de rejeter sur…

  • Écrits

    Port des masques : Au bal masqué (ohé ohé)

    S’écraser pour se faire bien voir et entretenir cela au quotidien sans même s’en rendre compte. Nous portons tous des masques, et ce, depuis bien avant l’épidémie. Les répercussions : La peur de s’affirmer et d’être soi-même. La comparaison constante à l’autre. De l’irritabilité ou bien de la frustration. Le tout s’accumulant jusqu’à en devenir notre source première d’épuisement. On ne s’écoute plus, on réagit non plus en fonction de nous-même, mais en fonction de ce que les autres attendent de nous. Au bal masqué (ohé ohé), ces mots résonnent comme une métaphore de notre quotidien, où nous nous efforçons souvent de nous conformer pour être bien vus. Les masques que…

  • De la farine au ciment d'une maison
    Écrits

    De la farine au ciment d’une maison

    De la farine au ciment d’une maison. Durant une conversation avec mon boulanger, celui-ci me partageait l’amertume qui lui restait de son divorce. Je le sentais très affecté et il transpirait une colère qui cachait probablement un profond mal-être. Revenons quelque temps en arrière. Notre vaillant boulanger essuyait la farine de ses mains pour les recouvrir de poussière de ciment : il construisait une maison pour lui et sa femme. Il enchaînait ses journées ainsi : de 4h à 18h à la boulangerie et de 20h à minuit sur le chantier. Le fruit de son dur labeur finit par payer et il put profiter avec sa femme de sa belle réalisation. Cependant,…

  • Ecoute et non-jugement de nos paroles
    Écrits

    Ecoute et non-jugement de nos paroles

    J’ai pris conscience d’une chose qui a totalement changé ma manière de considérer nos paroles lors d’un échange. En écoutant une personne s’exprimer, j’avais tendance à considérer les paroles de celle-ci comme acquises et mûrement réfléchies. Puis, j’ai émis l’hypothèse que chaque intervention spontanée peut possiblement être constituée de paroles toutes jeunes qui n’ont pas encore été assimilées, validées et conscientisées par son propriétaire. Grâce à cette hypothèse, j’ai pu reconsidérer l’idée que nous pouvons nous faire de l’écoute et du non-jugement. Nous faisons tous l’expérience, l’effort d’argumenter nos propos sans pour autant en avoir pris pleinement conscience nous-même. Une fois exprimés, ces paroles peuvent être entendues par l’interlocuteur, mais…

  • Écrits

    Au bout du tunnel

    Ici, il fait froid, sombre et j’ai peur. Je marche sans vraiment savoir où je vais. Ici, je m’interroge au quotidien et fait suivre une question par une autre. Le manque de réponses à chacune de ces questions se manifeste par une douleur oppressante et qui épuise. Tout comme moi, tu connais cet endroit. Seulement, tu le vois peut-être d’une autre manière. Voyons cet endroit comme un tunnel. Un tunnel si long que l’on se demande s’il existe vraiment une lumière au bout. Tu as certainement déjà percé ce mystère. À force d’avancer, tu as effectivement atteint la fin de ce tunnel. Les questions que tu te posais ont en…

  • Écrits

    J’habite à la montagne et j’aime ça !

    J’habite à la montagne et j’aime ça. J’aime l’odeur de l’air frais qui me caresse la peau. J’aime le soleil qui tape fort, sous lequel je peux me mettre en manches courtes malgré les basses températures. Je me sens dans mon élément quand je suis dans une forêt. L’odeur des arbres. La lumière qui se dessine et sillonne les obstacles naturels comme un jeu. Les points d’eau, jamais très loin, qui prennent la forme de lacs ou de rivières. Mon malinois aime beaucoup la montagne aussi, et c’est un plaisir de le voir gambader dans tous les sens en symbiose avec la nature. J’aime les dénivelés et virages incessants que…